Valoriser les démarches RPS auprès des dirigeants de TPE/PME


06 May
06May

Il me semble que c’est dans la simplicité que s’exprime la puissance des actions. Souvent, je mets en avant l'importance de la sensibilisation, de la déconstruction des représentations, sans aller plus loin dans les actions, les outils, les démarches. Mais, à quoi bon proposer, passer par la fenêtre alors que la porte n’est pas ouverte, que les propositions ne sont pas accueillies avec confiance quand bien même nous sommes convaincus de leur pertinence. C'est ainsi que je me représente l’approche RPS auprès des dirigeants et responsables de TPE/PME : il faut réussir à leur faire ouvrir la porte, d’eux-mêmes, ne pas simplement mettre le prospectus RPS dans la boîte aux lettres et repartir, pensant qu’ils le liront, qu’ils l’intégreront. Cynisme ? Peut-être mais, malgré mes convictions quant à la pertinence de ces démarches, ces théories, il m’a fallu pourtant du temps, beaucoup de temps pour en appréhender le sens, tant mes propres représentations d’ancien dirigeant étaient ancrées. Pourquoi en serait-il autrement pour ces entrepreneurs, pourquoi devraient-il se les approprier de manière instantanée parce qu’elles leur sont présentées comme nécessaire ? Les injonctions à la prévention des risques pourraient-elles fonctionner alors même que celles liées à notre propre santé (alimentation, alcool…) sont mis à mal malgré leur présence incessante dans notre environnement « markété ».

C'est partant de ce principe qu'il me semble important d'ouvrir la discussion en partant des dirigeants, de leur ressenti. La posture d’écoute, de simple prise en considération ouvre à discussion, même là les barrières sont grandes et je sais que les dirigeants, quelles que soient leurs positions, sont prêt à s'exprimer, à dévoilé certaines inquiétudes,  souffrances, mais aussi satisfactions. Il m'apparaît alors essentiel de proposer une appropriation d’abord par les dirigeants, non pour leur seul épanouissement personnel ou pour l’expression de la productivité, mais dans une intention d’expression à l’échelle de l’entreprise, comme collectif de travail horizontal, au sens ou le pouvoir d’agir du dirigeant est lui aussi pris en compte. Idéaliste ? Peut-être mais comment prôner la réflexivité sans prendre le risque de se l'appliquer à soi-même, espérant ainsi  que ces démarches et actions en entreprises puissent être mieux acceptées, intégrées, profitables à chacun car, c’est bien l’humain qui ressort en premier lieu dans les représentations des dirigeants d'entreprise.